× Bidding has ended on this item.

Portrait de femme

HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC

Listing Image
Estimated Price Range $200,000.00 to $400,000.00
Minimum Bid $400,000.00  ( $400,000.00 + $100.00 )
Bid
$
Buyer Final Fee
  • 5.00 %
Type of item
Item description

AUCTION DETAILS

Current Price $400,000.00   ( ) Active
 
Description

vers 1895

Dessin au fusain signé en bas à gauche et dédicacé à Pierrot

(Pierre Camanca tenancier du restaurant « le Pierrot de la butte », à Montmartre).

62 x 48 cm.

Certificat de la maison Brame & Lorenceau.

Cette femme qui nous sourit en nous fixant droit dans les yeux nous apostrophe.

Loin de ces effigies distantes aux visages de trois quarts et le regard perdu, ce portrait

nous est tout de suite sympathique grâce à l’expression avenante du modèle qui trahit

une relation de complicité avec son auteur ou du moins une relation de confiance qu’il a

su instaurer. A la position frontale qui permet ce tête à tête s’ajoute aussi la technique du

fusain qui sait capter la singularité de ce visage. Le trait, précis quand il s’agit de cerner

les détails de la physionomie, devient plus libre pour détacher la figure du fond par des

hachures plus ou moins denses. Le rendu de la chevelure est particulièrement soigné. Le

trait en suggère à la fois la masse, peignée, et les cheveux effrangés sur le front. La tête

de la femme, au centre d’une composition centrifuge, reçoit un traitement particulier.

Usant avec parcimonie de l’estompe, Lautrec élabore le modelé des chairs en jouant sur

la réserve du fond pour ne pas saturer ses volumes. Le reste de la composition est plus

graphique, plis de la robe et hachures du fond viennent s’achever dans la feuille blanche.

Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) est un peintre « postimpressionnisme »

français, illustrateur et lithographe. Il s’installe en 1882 à Montmartre où il fréquente

la Bohème parisienne, dessinant dans les cafés et les maisons closes. Sans nécessité de

répondre à des commandes, il choisit ces sujets, aimant portraiturer les femmes aux

moeurs légères. Son modèle le plus célèbre est certainement La Goulue, danseuse du

Moulin Rouge qu’il représenta à maintes reprises. Travaillant beaucoup aves des

techniques sèches, pastel ou fusain, Lautrec a su rendre la dimension psychologique

de ses modèles comme dans ce Portrait de femme où il cherche à saisir un visage avec

bienveillance sans jamais juger. A son activité de peintre, s’ajoute celle de lithographe qui

l’amena à réaliser de nombreuses affiches des lieux de plaisir de la Belle Epoque.

Additional Information