× Bidding has ended on this item.

Scène villageoise

GILLIS VAN TILBORG (attribué à)

Listing Image
Estimated Price Range $20,000.00 to $35,000.00
Minimum Bid $35,000.00  ( $35,000.00 + $100.00 )
Bid
$
Buyer Final Fee
  • 5.00 %
Type of item
Item description

AUCTION DETAILS

Current Price $35,000.00   ( ) Active
 
Description

3ème quart du 17e siècle

Huile sur toile

91 x 101 cm.

Provenance : Tajan Paris, 2004.

Une douzaine de personnages sont rassemblés dans ce qui semble être une clairière.

Le premier plan est occupé par des récipients et des victuailles négligemment posés sur le

sol. Disposés comme une nature morte, ils sont représentés avec beaucoup de réalisme.

Ce n’est qu’au second plan qu’interviennent les personnages. D’abord un couple assis à

droite. L’homme de dos semble jouer de la flûte tandis que la femme qui lui fait face lui

tend un papier. Ils semblent disproportionnés par rapport aux autres personnages situés

en arrière. Ceux-ci, à défaut d’être attablés, sont pour certains assis autour d’une broche,

des assiettes sur les genoux. D’autres debout à droite observent quelque chose dissimulé

à notre vue. Quatre enfants sont ici présents. Les hommes, à en croire leurs mises,

chapeaux, jabots et manches en dentelle, semblent appartenir à une classe sociale élevée.

L’une des femmes nous fixe avec attention, elle-même observée par son voisin. La scène

est nocturne, la lumière émane de l’angle inférieur gauche, probablement un feu non

visible ici. Elle éclaire plus fortement les objets du premier plan et le couple de droite.

Les couleurs, où domine le brun, sont plutôt ternes, animées par quelques touches de

blanc et surtout le rouge et le bleu de la femme de droite, qu’on retrouve atténués chez

certains personnages du fond.

Gillis Van Tilborg (1625-1678) est un peintre bruxellois de scènes de genre.

Membre de la guilde bruxelloise de Saint Luc, il ouvre son propre atelier. Dans la

tradition de la peinture flamande, où s’illustre en particulier Bruegel, la scène de genre

est prétexte à montrer la vie quotidienne de ses contemporains, observée avec acuité.

S’y mêlent parfois des connotations morales, notamment dans les scènes de tavernes,

mais aussi une certaine mélancolie comme ici, où les personnages, figés, baignent dans

la lumière d’une veillée au coin du feu. Si le sujet reste assez énigmatique, cette oeuvre

évoque cependant une Réunion familiale en plein air, des années 1660-70, au Louvre.

Si Gillis Van Tilborg puise son inspiration dans l’observation du genre humain dans

son quotidien, il développe aussi un talent particulier pour peindre des natures mortes,

comme le montre son premier plan à la composition soignée, arrangeant drapé et

légumes avec recherche

Additional Information