× Bidding has ended on this item.

Place de village

MAURICE DE VLAMINCK

Listing Image
Estimated Price Range $200,000.00 to $300,000.00
Minimum Bid $300,000.00  ( $300,000.00 + $100.00 )
Bid
$
Buyer Final Fee
  • 5.00 %
Type of item
Item description

AUCTION DETAILS

Current Price $300,000.00   ( ) Active
 
Description

Vers 1918-19

Huile sur toile signée en bas à droite.

73 x 92 cm.

La nuit s’apprête à tomber, à moins que ce ne soit l’orage qui s’annonce... Le ciel

est très sombre. Il occupe une place centrale dans ce tableau, déployant toute une gamme

de verts foncés qui ne sont pas sans évoquer la végétation d’une forêt, tant les coups de

pinceaux qui le brossent semblent les ramures d’un feuillage. En contrebas, s’étend la

place d’un village où circulent un attelage tiré par un cheval et, plus loin, un passant. La

charrette débouche sur la place par une rue à droite, traçant son chemin en biais, ce qui

donne à la composition un certain dynamisme. La perspective accentuée de la maison

qui occupe toute la partie droite de l’oeuvre crée aussi un effet de profondeur et nous

invite à pénétrer dans la composition. C’est certainement la palette subtile de Vlaminck

qui confère à l’ensemble une telle atmosphère ambigüe, entre le calme du village, quasi

désert, et la menace du ciel. Les différentes nuances d’ocres rouges des toits, des murets

et d’une partie de la façade de la maison de droite, répondent au camaïeu de verts du

fond. Ces teintes sont la signature même du fauvisme dont Vlaminck est l’un des chefs

de file.

Maurice de Vlaminck (1876-1952) est un peintre d’origine belge, autodidacte. Il

se fit connaitre dès 1905 pour sa participation au Salon d’automne qui fit scandale. Avec

ses amis Derain, Matisse et Dufy, ils initièrent un nouveau style qualifié de « fauviste »

par la critique et caractérisé par des couleurs vives et pures appliquées en larges aplats

et sans références directes à l’objet peint. Le ciel vert de cette Place de village en est une

réminiscence. En effet, le mouvement ne perdure guère au-delà des années 1910, même

si toute l’oeuvre de Vlaminck en semble emprunte. Son style aux touches largement

brossées et aux couleurs saturées doit autant à l’oeuvre de Van Gogh, pour son goût des

empâtements, qu’à celle de Cézanne, pour ses constructions spatiales, auxquelles les toits

géométriques, ici, sont probablement redevables.

Additional Information